Lettre au Président de la République Française

Toulouse le 22 novembre 2020
 
 
Monsieur le président de la République,
Mesdames et Messieurs les ministres,
 

En réponse à l’instauration de l’état d’urgence sanitaire en France le 24 mars 2020, le monde de la danse s’est fortement mobilisé. C’est dans ce contexte que le collectif Liberté Action Danse (LAD) a été créé par un regroupement de professionnels. Son objectif est de représenter et de préserver les professions et les activités de l’enseignement de la danse en pratique amateur, en coopération avec la Fédération Française de Danse (FFD). 

L’enseignement de la danse en pratique amateur est une activité physique artistique et culturelle. De nombreux professionnels concernés font partie du monde libéral. De fait, notre secteur est extrêmement impacté par la crise sanitaire. Les écoles de danse, associatives et privées, déjà considérablement fragilisées car supportant encore les conséquences du 1er confinement, doivent continuer à assumer des charges financières lourdes alors qu’elles subissent une perte importante de recette (baisse conséquente du nombre d’adhésions). Alors que certaines structures ont déjà été obligées de déposer bilan, la situation est dramatique pour celles qui luttent encore pour leur survie (licenciement, fermeture de cours, diminution / perte de salaire…). C’est tout un secteur qui subit une crise économique dévastatrice et sans précédent. 

L’économie des écoles de danse est saisonnière. Les adhésions faites au mois de septembre, octobre, 1ère quinzaine de novembre et 1ère quinzaine de janvier représente l’essentiel du chiffre d’affaire annuel : l’activité de ces quelques semaines porte l’activité globale de l’année. Le 2nd confinement arrivant pendant cette période cruciale, une reprise (espérée) à la mi-janvier ne sera pas une reprise : les écoles de danse ne survivront pas à un prolongement de leur fermeture. 

La gravité de la situation économique n’est autre que le reflet de la gravité de la situation sanitaire. Il s’agit d’un véritable challenge pour le peuple français mais aussi pour les instances gouvernementales qui tentent de le préserver. Le monde de la Danse a parfaitement conscience que la santé des Français doit être au sommet des préoccupations de chacun. Nous avons encore et toujours à cœur, comme au mois de juin lors de la première reprise, de nous impliquer activement dans l’endiguement de cette épidémie en assumant pleinement nos responsabilités individuelles et collectives. Nous souhaitons sauver nos emplois, nos structures et notre futur tout en protégeant efficacement l’ensemble des usagers. C’est dans cette optique que nous avons élaboré en étroite collaboration avec la commission médicale de la FFD, un protocole sanitaire renforcé qui nous permettra de reprendre une activité dans un cadre sécuritaire. Le port obligatoire du masque pendant l’activité étant une mesure phare de notre protocole, nous espérons pouvoir envisager une réouverture en décembre. Vous trouverez le protocole joint à cette lettre.

Dans l’espoir d’une réponse favorable, nous vous remercions pour l’attention que vous porterez à notre requête.
 
Recevez Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres l’expression de notre sincère considération
 
 
Le collectif
Liberté Action Danse.